The STUDIA UNIVERSITATIS BABEŞ-BOLYAI issue article summary

The summary of the selected article appears at the bottom of the page. In order to get back to the contents of the issue this article belongs to you have to access the link from the title. In order to see all the articles of the archive which have as author/co-author one of the authors mentioned below, you have to access the link from the author's name.

 
       
         
    STUDIA PHILOLOGIA - Issue no. 3 / 2016  
         
  Article:   BOOK REVIEW - MATHIAS ENARD, BOUSSOLE, PARIS, ACTES SUD, 2015, 400 P..

Authors:  .
 
       
         
  Abstract:  Dans ce roman récompensé par le prix Goncourt en 2015, Mathias Enard raconte une belle histoire d’amour qui, bien qu’elle se passe dans ce début de siècle, ressemble plutôt aux grandes histoires d’amour d’antan. La bien-aimée inaccessible, la présence de la mort, la sensation de n’avoir accompli rien de valeureux, sont autant de causes de dé-pression chez l’occidental blasé qu’est devenu le musicologue autrichien, Franz Ritter. Il s’agit d’un roman très dense dans lequel les études érudites d’orientalisme de l’auteur sont mises à contribution et nous dévoilent un Orient inattendu : celui qui a été exploré au fil du temps par beau-coup d’Occidentaux fascinés non seule-ment par les traces archéologiques des anciennes civilisations, mais surtout par ce que la culture arabe a transmis à la culture européenne en l’enrichissant signi-ficativement. La boussole de ces amoureux de l’Orient indique, tout comme la boussole de Beethoven, l’Est ! La métaphore de la boussole renvoie aussi au cœur et, dans le cas de Franz, elle montre l’Est parce que Sarah n’arrête pas de s’en occuper, qu’il s’agisse du Proche-Orient ou d’un Orient plus éloigné. Inaccessible au lecteur pressé, ce livre récompense avec générosité le téméraire : l’amour et la maladie, thèmes prépondérants, sont traités dans un registre sombre, celui du désespoir, qui contraste avec la beauté paradoxale de l’espace oriental où évolue Sarah, une chercheuse française d’une érudition remarquable. La belle Sarah représente l’aimant qui attire le narrateur et le motive pour continuer ses études orienta-listes. Sa passion le contamine et le pousse à continuer des recherches aux-quelles il aurait renoncé depuis longtemps.  
         
     
         
         
      Back to previous page